suivre. pliage lonchamp

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

sourire qui me fit oublier que j’avaisrisqué le salut de mon âme pouravoir le plaisir de me trémousser etde battre des ailes de pigeon en sa compagnie. Pendant deux heures detemps, une danse n’attendait pas l’autre et cen’est pas pour mevanter si je vous dis que dans ce temps-là, il n’y avait pas monpareil à dix lieues à la ronde pour la gigue simple ou la voleuse. longchamps sacs
Mescamarades, de leur côté, s’amusaient comme des lurons, et tout ceque je puis vous dire, c’est que les garçons d’habitants étaientfatigués de nousautres, lorsque quatre heures sonnèrent à lapendule. J’avais cru apercevoir Baptiste Durand qui s’approchait dubuffet où les hommes prenaient desnippes de whisky blanc, de tempsen temps, mais j’étais tellement occupé avec ma partenaire que jen’y portai pas beaucoup d’attention. Mais maintenantque l’heure deremonter en canot était arrivée, je vis clairement que Baptiste avaitpris un coup de trop et je fus obligé d’aller le prendre par lebraspour le faire sortir avec moi en faisant signe aux autres de sepréparer à nous suivre sans attirer l’attention des danseuses. Noussortîmes donc lesuns après les autres sans faire semblant de rienet, cinq minutes plus tard, nous étions remontés en canot, aprèsavoir quitté le bal comme des sauvages,sans dire bonjour à personne,pas même à Liza que j’avais invitée pour danser un foin. J’aitoujours pensé que c’était cela qui l’avait décidée à metrigauderet à épouser le petit Boisjoli sans même m’inviter à ses noces, labougresse. Mais pour revenir à notre canot, je vous avoue que nousétionsrudement embêtés de voir que Baptiste Durand avait bu uncoup car c’était lui qui nous gouvernait et nous n’avions juste quele temps de revenir auchantier pour six heures du matin, avantle réveil des hommes qui ne travaillaient pas le jour du jour del’an. La lune était disparue et il ne faisaitplus aussi clairqu’auparavant et ce n’est pas sans crainte que je pris ma position àl’avant du canot, bien décidé à avoir l’oeil sur la route quenousallions suivre. pliage lonchamp Avant de nous enlever dans les airs, je me retournaiet je dis à Baptiste:–Attention! là, mon vieux. Pique tout droit sur lamontagne deMontréal, aussitôt que tu pourras l’apercevoir.–Je connais mon affaire, répliqua Baptiste, et mêle-toi des tiennes!Et avant que j’aie eu letemps de répliquer: Acabris! Acabras! Acabram! Fais-nous voyager par-dessus les montagnes!VIEt nous voilà repartis à toute vitesse. Mais il devintaussitôtévident que notre pilote n’avait plus la main aussi sûre, car lecanot décrivait des zigzags inquiétants. Nous ne passâmes pas à centpieds duclocher de Contrecoeur et au lieu de nous diriger à l’ouest,vers Montréal, Baptiste nous fit prendre les bordées vers la rivièreRichelieu. Quelquesinstants plus tard, nous passâmes par-dessus lamontagne de Beloeil et il ne s’en manqua pas de dix pieds que l’avantdu canot n’allât se briser sur lagrande croix de tempérance quel’évêque de Québec avait plantée là.–À droite! Baptiste! à droite! mon vieux, car tu vas nous envoyerchez le diable, situ ne gouvernes pas mieux que ça!Et Baptiste fit instinctivement tourner le canot vers la droite enmettant le cap sur la montagne de Montréal que nousapercevions déjàdans le lointain. longchamp soldes
J’avoue que la peur commençait à me tortiller, carsi Baptiste continuait à nous conduire de travers

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »