laliberté. moncler pull homme

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

v

J’affirme queDumouriez proposa, il y a trois mois, l’invasion de la Hollande, etqu’elle fut toujours repoussée par le comité diplomatique; interrogezlà-dessus les patriotes bataves, ils vous diront que, pendant ce délai,on a donné le temps à l’intrigue de se développer, et aux despotes dese rassembler. Et comment auriez-vous pu prendre des mesures justes àcet égard, lorsque vous ignoriez les faits?J’ai été amené à développer ces idées par cette conviction intime, quetout le mal vient de ce que nous n’avons pas un gouvernement assezactif. Je conclus à ce que beaucoup de réformes soient faites danscette partie, parce que c’est la plus grande mesure de salut public quevous puissiez prendre, et que sans elle vous irez toujours derévolution en révolution, et vous conduirez enfin la république à saperte. Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours contre le comité de sûretégénérale, et en particulier contre Brissot, prononcé à la Conventionnationale le 3 avril 1793 (3 avril 1793)Citoyens, dans ce moment-ci je me dois à moi-même, je dois à la patrieune profession de foi. Nommé membre du comité de défense générale, maisconvaincu que les principes qui doivent sauver la patrie ne peuvent pasy être adoptés, je déclare que je ne me regarde plus comme faisantpartie de ce comité. Je ne suis pas bien convaincu qu’un système où laroyauté serait combinée avec une sorte de constitution aristocratiquedéplairait à certains membres de ce comité; je ne suis pas bienconvaincu qu’un pareil système ne conviendrait pas à certaines gensqui, quelquefois, parlent de patriotisme, mais qui nourrissent etconservent dans leur âme une haine profonde pour l’égalité. Je ne veuxpas délibérer avec ceux qui ont parlé le langage de Dumouriez, avecceux qui ont calomnié les hommes à qui maintenant Dumouriez déclare uneguerre implacable, avec ceux qui, à l’exemple de Dumouriez, ontcalomnié Paris et la portion de l’assemblée vraiment amante de laliberté. moncler pull homme
S’il ne m’est pas donné de sauver la liberté, je ne veux pas du moinsêtre le complice de ceux qui veulent la perdre; je ne veux pas êtremembre d’un comité qui ressemble plutôt à un conseil de Dumouriez qu’àun comité de la Convention nationale.(Murmures à la droite de la tribune.)Robespierre. J’invoque à l’appui de ce que je dis le témoignage deDumouriez lui-même, car, dans une de ses lettres, il a dit que lecomité dont je parle était excellent, à l’exception de six membres: or,ces six membres, dont je m’honore de faire partie, ne peuvent obtenirla majorité; enfin, je ne veux pas être d’un comité dont la plupart desmembres poursuivent avec acharnement les patriotes, tandis qu’ilsgardent le silence sur les crimes de nos généraux.Je ne puis vous dissimuler ma surprise de voir que ceux qui, depuis lecommencement de la dernière révolution, n’ont cessé de calomnier cecôté (désignant le côté gauche) qui fut et qui sera toujours lapatrie de la liberté, soient restés muets sur les crimes de Dumouriez,et qu’il n’y ait que nous, tant calomniés, qui ayons élevé la voix surles perfidies de ce traître.Brissot. Je demande la parole après Robespierre. veste moncler enfant Robespierre. Pour étouffer la voix de la vérité dans les momentscritiques pour le salut public, on a coutume d’amollir le courage despatriotes par certaines idées de réunion qu’on a l’adresse de jeter enavant; mais moi, je fais profession de croire que l’amour seul de laliberté doit réunir les hommes, et je me défie de ces protestationsbrusques faites dans des moments critiques où l’on croit avoir besoinde feindre un rapprochement que l’on est bien loin de désirer: je medéfie de ceux qui, dans des moments critiques, m’ont tendu la main, etqui, le lendemain, m’ont calomnié. Et, puisque Brissot demande laparole pour me foudroyer, je vais faire sur Brissot l’application de ceque je viens de dire. Je ne veux point sacrifier la patrie à Brissot,et, Brissot eût-il la confiance de cette assemblée, je déclare que sij’avais des faits certains à alléguer contre lui, je ne balancerais pasun moment à le démasquer.J’applique à Brissot le principe que j’ai avancé.J’ai dit que je ne voulais point délibérer avec les amis de Dumouriez:eh bien! Brissot a été et est encore l’intime ami de Dumouriez; c’estl’histoire de Dumouriez à la main que je veux le juger. Brissot est liéà tous les fils de la conspiration de Dumouriez. doudoune enfant moncler
Je déclare qu’il n’y apas un homme de bonne foi, qui ait suivi la vie politique de Brissot,qui puisse ne pas être convaincu de ce que j’avance.Je déclare qu’il n’y a pas une seule circonstance où Brissot n’ait prisla défense de Dumouriez. Le système de Dumouriez a été de nous engagerdans une guerre funeste et périlleuse, afin de la faire tourner contrela liberté. Dumouriez et Brissot furent les premiers à proposer laguerre contre l’Autriche. Et remarquez que nous leur disions: Avant dedéclarer la guerre à l’Europe, abattez la cour et remplacez vosgénéraux. Que nous répondait-on? On excusait la cour; on nous disaitque dire du mal de Lafayette et des généraux, c’était troubler ladiscipline militaire, c’était se déclarer les ennemis de la patrie; onnous montrait tous les peuples, et principalement la Belgique, disposésà venir au devant des Français, et on nous faisait voir l’étendard dela liberté flottant sur le palais des rois.Cependant cette guerre commença par des revers, et, malgré cela, onprotégeait les généraux, et on les investissait d’un pouvoirdictatorial sur la motion des chefs de parti, ennemis jurés despatriotes.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »