laïque. oculos oakley masculino

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’abbé Jourfier, fils de parlementaire etpetit-fils de conventionnel, que ses confrères ont un jour appeléLucifer à cause de son orgueil laïque et du souci purement humainqu’il prend de sa dignité, est entré dans les ordres avec une grande foiet un grand courage, mais sans avoir senti toutefois cette illuminationet cette douceur intérieure qui est le signe de la vocation. Lelibéralisme qu’il tient de ses origines le fait gallican et ennemi desordres religieux. Après une longue lutte contre les moines et contre unévêque qui les soutient par peur, il est lui-même porté à l’épiscopatpar la révolution de 1848. Un voyage à Rome lui démontre brutalementqu’il n’y a plus de place dans l’Église pour un homme comme lui et quec’est contre le pape lui-même qu’il s’est insurgé. Dès lors il sent safoi même crouler et finit par le suicide.Dans l’admirable conversation de l’évêque Jourfier avec le cardinalFinella (Balzac eût certainement signé ces pages), le subtil cardinal aune réflexion qui éclaire jusqu’au fond le caractère de «Lucifer» ettoute cette histoire d’un prêtre qui n’est qu’un honnête homme: Le ton de votre langage m’épouvante, et c’est moins par sa vivacité, hors de toute mesure, que par un tour trop direct où, passez-moi une expression hasardée, ne sonne pas assez l’âme ecclésiastique. Vous ne parlez pas comme un prêtre, vous parlez comme un laïque. oculos oakley masculino
Mon oreille a de singulières finesses pour entendre vibrer Dieu au fond de la voix humaine. Or je trouve que Dieu ne vibre pas au fond de votre voix. L’homme, encore l’homme, toujours l’homme. Si Dieu est votre préoccupation constante–un évêque doit vivre en présence du Seigneur, a écrit saint Cyprien, in conspectu Domini,–obéissez sans discussion, aveuglément, à l’autorité qu’il a placée sur vous.Qu’est-ce donc que cet esprit laïque ainsi opposé à l’espritecclésiastique? C’est, en somme, et si l’on va au fond, la moralenaturelle opposée à la morale religieuse; et la raison opposée à la foi.Un honnête homme selon le monde est déjà fort éloigné d’être un vraicatholique. Quelques-uns même des sentiments dont est formée sa vertusont réprouvés ou suspectés par l’Église: ainsi, dans certains cas, lesouci de l’honneur, la tolérance pour les opinions, l’indulgence pourcertaines faiblesses. oculos oakley jupiter Mais surtout l’indépendance de pensée est uncrime. Dans la réalité, cela s’accommode. L’Église souffre ce qu’elle nepeut empêcher: elle consent que les fidèles, qui ne sont que letroupeau, se composent un mélange de morale humaine et de moralechrétienne; elle ne leur demande que d’accepter ses dogmes en bloc etd’observer certaines pratiques. Beaucoup de fidèles sont d’ailleurs desâmes simples, dont la religion est toute de sentiment. Il est desquestions que les fidèles écartent, qu’ils ne se posent même pas: la foid’un grand nombre repose sur des malentendus, ou sur beaucoupd’ignorance et d’irréflexion. Un laïque peut donc, sans trop se damner,n’être au fond qu’un honnête homme. Un prêtre, non: il faut qu’il soitbeaucoup plus, ou, si l’on veut, autre chose. oculos oakley squared
L’abbé Jourfier, qui n’aque des vertus humaines, est placé par sa profession dans descirconstances telles qu’il s’aperçoit que ces vertus vont contre lesfondements mêmes de la foi, car elles impliquent toutes la confiance auxlumières naturelles et, plus ou moins, l’orgueil de l’esprit (superbiamentis). Or le prêtre peut se permettre un autre orgueil, mais noncelui-là. Le jour où l’évêque Jourfier prononce l’oraison funèbre de songrand-père, le conventionnel régicide et déiste, il fait acte d’honnêtehomme, mais de mauvais prêtre. De même quand il lutte avec tant defureur contre les congrégations et qu’il proteste contre la tyrannie deRome. C’est évidemment lui qui a tort. Une religion fondée sur unerévélation surnaturelle doit, à mesure que son domaine terrestres’étend, se résoudre dans l’infaillibilité d’un chef unique, et c’est àcela, en effet, qu’a tendu l’Église à travers les âges. Elle doit êtrede plus en plus, par la force des choses, une monarchie absolue dans lemonde des âmes, une théocratie.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »