duel. oakley oculos feminino

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

L’envie d’être fort et hardi tout en restant le romancier mondain parexcellence, le caprice de combiner le vitriol et l’opoponax éclate unpeu partout et, s’il faut donner un exemple, dans l’Histoire d’uneParisienne. Je rappelle le drame en deux mots. Jeanne Bérengère (queljoli nom!) a été mariée étourdiment par sa mère à M. de Maurescamp,une nature grossière qui ne comprend point les délicatesses de sajeune femme. Rebuté par cet ange, il finit par «se retirer sous satente». Jeanne, esseulée, cherche des consolations dans l’amitié deJacques de Lerne, un viveur mélancolique et séduisant dont on peut sedemander s’il est converti à l’amour immatériel ou s’il en joue enattendant mieux; mais, provisoirement, il n’est qu’un adorateurplatonique, un frère. Le mari de Jeanne Bérengère n’en croit rien etle lui tue en duel. oakley oculos feminino
Alors, pour se venger, elle se compromet avec unofficier de chasseurs très fort à l’épée, l’affole en lui tendant, unsoir, après dîner, un cigare qu’elle a mouillé de ses lèvres, et faitembrocher son mari par le chasseur.L’histoire a du montant. Certains épisodes ne manquent pas non plus desaveur. Il y a une Mme d’Hermany qui reçoit, la nuit, un bellâtre dansle salon d’un hôtel de bains, et qui, surprise par Jeanne Bérengère,lui fait la plus jolie profession de nihilisme moral. «Elle s’estrésignée à déchoir, à accepter les seuls plaisirs réels dont ce mondedispose.»–Jacques de Lerne raconte à Jeanne son premier amour, sipur, si poétique! Une nuit, il se trouvait dans la chambre de la bienaimée, moins résigné que de coutume aux scrupules qu’on lui opposait;mais la pauvre femme se jette à ses genoux, le suppliant d’êtrehonnête homme: il cède à ses pleurs et s’en va comme il était venu.«Adieu, imbécile!» lui crie-t-elle par la fenêtre. oakley oculos juliet –La vieille Mme deLerne voudrait que son fils, pour se ranger, devînt l’amant de Mme deMaurescamp, et la bonne dame s’y emploie avec le plus grand zèle…Je m’arrête: voilà qui est assez complet. Mais savez-vous ce quiarrive? Pour peu qu’on soit de méchante humeur, quelques-unes desélégances artificielles qui recouvrent ce fond grossier étonnent commeun contresens, ou comme une naïveté, ou comme une hypocrisie. Ouplutôt non, ce n’est point la vraie raison de notre énervement, carj’admets très bien qu’il se joue entre des personnages excessivementselect des drames d’une brutalité hardie. Mais c’est qu’on se lassede tout, et qu’ils sont un peu trop «distingués» à la fin! Jeanne, quiest «une belle fleur», avec des «yeux magnifiques», est«souverainement intelligente», encore qu’elle entende sans rire lestirades de Jacques de Lerne. oculos oakley romeo
Celui-ci, avec «son beau visage fatiguéet hautain», a tous les talents et compose des valses et dessymphonies «d’un mérite tout à fait supérieur». M. de Maurescamp atout au moins un torse remarquable. Le décor n’est pas moins«distingué»: bals, chasses à courre, plage aristocratique. Et l’onadore, dans ce monde-là, les «grandes scènes dramatiques de lanature». De «magnifiques éclairs» et «les jeux de la foudre surl’Océan» accompagnent les cascades de Mme d’Hermany. Et le style est«distingué» à l’égal des personnages et du décor.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »